Qu’est-ce que l’hydrothérapie ?

L'hydrothérapie regroupe toutes les formes de thérapies utilisant l'eau pour soigner.

Cette eau peut être employée sous diverses formes : vapeur, jet d'eau, glace, bains, frictions, enveloppements, compresses, douche, gargarismes, inhalations, lavements.... L'eau est minéralisée, simplement douce ou de mer, elle est soit pure ou bien mélangée à d'autres substances et associée à l'aromathérapie,  à la phytothérapie, à des sels d'Epsom ou à du vinaigre de cidre pour accroître ses bienfaits.

Les fonctions principales de l'eau sont de renforcer l'organisme et de le débarrasser de ses impuretés.Les techniques d'hydrothérapie sont donc innombrables et permettent de traiter bien des maux. Mais leur usage peut aussi se limiter à entretenir le bien-être..

Cependant, il ne faut pas perdre de vue que cette thérapie ne peut remplacer un traitement traditionnel et que son rôle est uniquement complémentaire.


Histoire de l’hydrothérapie

En 23 av. J.-C., l'empereur Auguste souffrant d'une affection au foie fut guéri grâce aux bienfaits de bains froids préconisés par un citoyen grec. Ce personnage, répondant au nom de Antonius Musa, fut récompensé en étant exempté d'impôts et il reçu également un anneau d'or ainsi que de l'argent. On peut dire que Antonius Musa est le père de l'hydrothérapie.

Chez les Romains, la pratique du bain quotidien était répandue grâce à l'installation de thermes alimentés par des sources naturelles. Les Grecs étaient convaincus que l'eau a des indications thérapeutiques et ils l'utilisaient à des fins préventives ou même curatives.

La première station thermale vit le jour vers la moitié du XVIIIe siècle dans un petit village anglais où vivait le docteur Richard Russel. Celui-ci eut l'idée de tester les bienfaits de l'eau de mer et, devant les résultats très encourageants, il publia un livre qui traitait des vertus de l'eau marine sur les glandes. Le village ne tarda pas à attirer les foules et il fut décidé dans les plus hautes sphères que Brighthelmstone rebaptisé Brighton, deviendrait officiellement la première station balnéaire. A cette époque, il était de bon ton pour les gens de la bonne société de venir "prendre les eaux". C'est pour raison que l'on vit des stations thermales pousser comme des champignons aux quatre coins de l'Europe. L'hydrothérapie se répandait et de nombreuses villes faisaient une publicité effrénée pour vanter les qualités de leurs eaux.

Les États-Unis ne furent pas en reste. Dans l'État de New York, on créa la première station thermale alimentée par des sources d'eaux chaudes. Au début du XIXe siècle, une nouvelle forme d'hydrothérapie eut un grand succès, il s'agissait de séances de douches glacées ou d'applications de poches de glace sur le ventre. Les douches étaient, en fait, de l'eau glacée projetée d'une hauteur de six mètres. Cette discipline pour le moins sévère était pourtant appréciée d'une certaine catégorie de personnes, le plus souvent des gens venus de la haute société. Le père de cette nouvelle hydrothérapie est Vincenz Priessnitz. Il ne fut cependant pas le seul car le père Kneipp utilisait lui aussi ce genre de traitement et imagina plusieurs dizaines d'utilisations différentes pour traiter les personnes avec de l'eau. Il soignait également ses patients à l'aide de plantes médicinales.

Page précédente

Page suivante

Version pour PC

Art du bien-être naturel

ACCUEIL DU SITE

Accueil